Famille


  famille-jean-louis-banes-elections-legislatives-2012-hyeres

FAMILLE

Promouvoir la famille comme fondement de la société
L’existence d’une structure familiale et affective stable est déterminante pour l’épanouissement personnel et l’intégration sociale. La précarité du lien familial a un coût social élevé pour la collectivité quand cette dernière doit se substituer à la famille défaillante. Une politique familliale ambitieuse est par exemple la première des mesures en faveur de la prévention de la délinquance.

Réaffirmer l’importance civique et sociale du mariage
• Définir le mariage dans la Constitution comme l’union d’un homme et d’une femme.
• Instaurer en mairie une préparation au mariage civil et aux engagements moraux et sociaux qu’il implique.

Faire de la famille le pivot de toutes les politiques publiques
• Créer un ministère de la Famille rattaché au Premier ministre.
• Penser le logement social, les infrastructures et les équipements publics en fonction des besoins des familles : mixité générationnelle, proximité des écoles.
• Rendre justice aux familles en matière de retraites : attribuer des points en fonction du nombre d’enfants élevés, dans le cadre d’une réforme globale qui assure l’équilibre des richesses entre les générations.
• Abolir la loi permettant à une personne seule d’adopter : l’enfant a le droit d’avoir un père et une mère.

Donner au père et à la mère le temps et les moyens d’une vraie présence éducative
• Créer un « crédit temps parental », tout au long de la vie scolaire, pour libérer des heures de présence et suivre le travail des enfants. Ce crédit sera de 3h par couple et par semaine scolaire, et cofinancé par les entreprises et le ministère de la Famille.
• Réaffirmer le principe du repos dominical, facteur de cohésion sociale. Les enjeux financiers et économiques ne doivent pas faire de la personne humaine une variable d’ajustement : le dimanche doit rester un temps de repos commun à l’ensemble de la famille et de la société.

Inciter les parents à exercer pleinement leur responsabilité éducative
• Créer des dispositifs de soutien aux parents : maison des familles, écoles des parents (transmission des repères essentiels de l’autorité et de l’éducation, partage d’expérience).
• Mettre sous tutelle plutôt que de suspendre les allocations familiales (ou le revenu de base) en cas de défaillance des parents.

Donner un nouvel élan à la jeunesse par un service national obligatoire
Instaurer un service national obligatoire, pour garçons et filles, d’une durée d’un an, entre l’âge de 18 ans et la fin des études. Ce service national sera un vecteur d’unité nationale par le brassage social et l’apprentissage de l’autorité hors du système scolaire. L’appelé pourra choisir entre un service militaire et un service civil. Ce service national comportera une première phase d’instruction commune dans un cadre militaire, puis un service effectué soit dans les corps constitués (police, gendarmerie, brigades de pompiers ou douanes), soit dans le cadre d’une association reconnue d’utilité publique ou une collectivité locale. L’appelé sera indemnisé par le biais du revenu de base de 400 euros par mois.